AccueilStory

Chez les talibans, on peut faire "tous les sports"... si on est un homme

Publié le

par Konbini Sports

© Wakil KOHSAR / AFP

"S'il vous plaît, ne me posez plus de questions sur les femmes..."

Football, natation, athlétisme, équitation... À Kaboul, le nouveau chef des sports des talibans l'assure : les Afghans pourront faire jusqu'à "400 sports". Mais il ne peut pas encore dire si les femmes pourront en pratiquer un seul en public.

"S'il vous plaît, ne me posez plus de questions sur les femmes..." Assis dans le large fauteuil de l'ancien président du comité olympique afghan, qui a fui comme le reste de l'ancien gouvernement, le débonnaire Bashir Ahmad Rustamzai commence à s'agacer.

Carrure massive, visage rond et avenant, turban noir et longue et épaisse barbe poivre et sel, le frais nommé directeur des sports et de l'éducation physique est un ancien champion de lutte et de kung-fu. Président de la fédération de kung-fu sous le premier régime taliban, il a ensuite travaillé avec le gouvernement pro occidental, avec qui il a fini par se brouiller à cause, dit-il, de sa "corruption généralisée".

Il doit beaucoup aux talibans, à commencer par sa liberté : emprisonné par le gouvernement parce qu'il s'était rapproché des rebelles, ils l'ont libéré le 15 août dernier, après sept ans de détention, en même temps qu'ils prenaient Kaboul et le pouvoir.

À l'AFP, il assure d'emblée que les talibans ont évolué par rapport aux années 90, lorsqu'ils se servaient surtout des stades pour exécuter leurs opposants. Et promet qu'ils vont développer le sport "partout dans le pays", et non plus le contrôler strictement chez les hommes et l'interdire chez les femmes, comme le craignent notamment les Occidentaux.

"Tout cela, c'est de la propagande ! Nous n'interdirons aucun sport", clame-t-il. Les Afghans, poursuit-il, n'ont aucun souci à se faire et pourront continuer à pratiquer leurs sports favoris, football, cricket et arts martiaux en tête. Et bien d'autres, car "plus de 400 sports sont permis par les lois de l'islam". Les talibans n'ont qu'une exigence : que chaque sport soit "pratiqué conformément à la loi islamique". Cela pose peu de problèmes chez les hommes, explique-t-il : pour se conformer à la charia, ils doivent juste se couvrir les genoux. Il leur suffit donc de mettre "des shorts un peu plus longs". Cela marche "pour tous les sports", y compris le football, dit-il.

Le problème des matches internationaux

Mais qu'en sera-t-il pour les femmes? Sur ce terrain sensible, où les talibans sont attendus au tournant par l'Occident, le mollah Rustamzai marche sur des oeufs. Il tient encore à rassurer: là aussi, "il y a eu des changements" chez les talibans.

Mais certaines déclarations sèment sérieusement le doute. Il y a une semaine, un responsable taliban, Ahmadullah Wasiq, a indiqué au média australien SBS que le régime ne devrait pas autoriser les femmes à jouer au cricket si elles devaient être exposées au regard du public. "Elles pourraient être confrontées à une situation où leur visage et leur corps ne seront pas couverts. L'islam ne permet pas aux femmes d’être vues comme ça", a-t-il affirmé.

Un compromis pourrait être de suivre l'exemple des universités, où les talibans autorisent désormais les femmes à étudier sous certains conditions, comme porter le voile et être séparées des hommes. "On peut imaginer la même chose : autoriser les femmes à faire du sport, mais séparément des hommes", glisse un conseiller du mollah Rustamzai.

À écouter les talibans, il ne s'agit pas d'interdire le sport aux femmes, mais d'empêcher qu'elles ne le pratiquent trop légèrement vêtues, avec des hommes et en public. De quoi les priver de nombreux sports en société, quand il suffit aux hommes de se couvrir les genoux. Le problème se pose entre autres pour les matches internationaux, en public et médiatisés.  

Les talibans sont déjà sous pression en cricket, où chaque pays doit avoir une équipe masculine et une équipe féminine pour pouvoir disputer des marches internationaux. L'Australie a menacé d'annuler le premier match masculin historique entre les deux pays, prévu à Hobart en novembre. Le président de la fédération afghane, Azizullah Fazli, a ensuite laissé entendre que les talibans pourraient finalement autoriser les femmes à jouer au cricket sous certaines conditions.

Il en faudra plus pour rassurer les sportives afghanes. Mercredi, l'équipe féminine junior de football d'Afghanistan, ses entraîneurs et des proches ont trouvé refuge au Pakistan. Fin août, des joueuses de l'équipe nationale de football et leurs familles avaient été évacuées en Australie.

Par Emmanuel DUPARCQ, AFP

À voir aussi sur sports :