AccueilStory

Après un pari perdu sur Messi, un youtubeur fait Marseille-Paris en conduite de balle

Publié le

par Lucie Bacon

Boumé Sama

"J’ai assumé mes paroles, je n’ai même pas réfléchi."

"Si Lionel Messi signe au PSG, je fais Marseille-Paris en conduite de balle pour venir le voir jouer au Parc." Boumé Sama était loin de s’imaginer perdre ce pari quand il l’a tweeté. Pourtant, Lionel Messi a bien signé cette semaine dans le club de la capitale et le youtubeur a tenu parole :

"Pendant tout le processus de signature, j’étais en stress, je voulais éviter ça. J’avais choisi Marseille comme ça, parce que dans ma tête, ça n’allait pas se réaliser. Mais j’ai assumé mes paroles, je n’ai même pas réfléchi."

Chargement du twitt...

D’abord les préparatifs : "Dès que Messi a atterri à Paris, j’ai appelé Decathlon. Ils m’ont dit qu’ils me soutenaient et qu’ils m’offraient tout ce dont j’avais besoin pour ce périple." Boumé est donc passé au magasin de sport pour s’équiper avant de prendre le train direction Marseille, lui qui est originaire de la région parisienne. Il a également contacté des coaches sportifs, pour recevoir quelques conseils avant de prendre la route. Arrivé dans le sud de la France et accompagné d’un ami, Axel, le voilà parti pour une aventure incroyable, soutenu par tous ses followers qui multiplient les messages sur les réseaux sociaux.

Chargement du twitt...

Très vite, les difficultés arrivent. Il nous les détaille sur le parcours :

"C’est archi-dur, on rencontre plein de galères. D’abord, c’est long. Il y a une fatigue physique, mais aussi morale. Il y a des blessures qui apparaissent : là, par exemple, j’ai mal à l’épaule, on a mal aux pieds, mais il y a aussi des douleurs musculaires, à cause du poids de nos sacs. Surtout, il fait super chaud. Aujourd’hui, il fait 36 °C. Le soir, il faut trouver un endroit pour passer la nuit. On a pris des tentes à l’ancienne, car celles qui s’ouvrent en deux secondes n’étaient pas pratiques pour marcher longtemps. On galère à chaque fois, il y a des moustiques, on est seuls dans le noir et il peut y avoir des dangers, des gens bizarres ou des animaux. On a pris quelques armes, d’ailleurs, pour se protéger. Et puis il y a ce ballon, pour la conduite de balle, qu’il ne faut ni perdre ni percer."

Les deux compères mangent ce qu’ils trouvent sur leur route, notamment dans les champs (des pommes, par exemple), car ils ne veulent pas trop s’encombrer de choses lourdes comme des boîtes de conserve. Dernière difficulté, et non des moindres : "On fouette sa race ! On ne peut se doucher que dans des rivières, sauf quand on est logés chez des abonnés."

Car Boumé peut compter sur sa communauté qui suit son périple sur Insta et Twitter. Nombreux sont ceux qui proposent de l’aider, en lui apportant des McDo ou en lui proposant un toit pour la nuit, comme ce fut le cas déjà une fois. Sur le parcours, ses fans peuvent aussi lui lancer des défis, comme jongler avec le ballon sur une distance précise, pouvoir avancer plus vite en stop sur quelques kilomètres : "Ça se transforme un peu en Pékin Express", nous confie Boumé, amusé.

Chargement du twitt...

Le jeune homme espère arriver à Paris le 18 août. Le plan est le suivant : aller à la boutique du PSG faire floquer (au nom de Messi) le maillot avec lequel il est parti de Marseille et réussir à le faire dédicacer par le joueur.

Pour suivre les aventures de Boumé, rendez-vous sur Twitter ou Instagram. Une vidéo YouTube sera également réalisée à la fin de cette incroyable aventure.

À voir aussi sur sports :