AccueilE-Sport

Dans les coulisses du FC Silmi, l’autre club champion de France

Publié le

par Alix Dulac

Capture d’écran Youtube

Il n’y a pas que Lille qui a conquis le cœur des Français cette saison…

… Une bande de potes aussi. Sur Twitch, huit des plus gros streamers français se régalent et nous régalent tous les lundis soir, manette en main sur FIFA 21. Leur nom de code ? Le FC Silmi. Leur mot d’ordre ? Nous divertir jusqu’au bout de la nuit, tout en offrant une exposition inédite et inattendue au jeu de football d’EA Sports.

Ah l’Euro… son impitoyable pouvoir de persuasion sur notre portefeuille, exclusivement et surtout au rayon télévision. Le retour du triangle d’or du vrai supporter, à savoir l’incontournable triptyque canapé-pizza-bière. Et sans oublier les embrouilles entre amis, les "chuuuut" aux copains ou copines trop dissipé·e·s pendant une remontée de balle savoureuse de Benzema ou les debriefs plus longs que le match. 

Alors que l’événement majeur de la planète foot démarre la semaine prochaine (l’Euro, hein), un autre secoue le quotidien de milliers de Français depuis des semaines. La Ligue des champions ? On a dit "secoue le quotidien" et pas "a secoué" le quotidien de milliers de Français, et notamment les dirigeants du PSG après le sacre européen de Thomas Tuchel et Thiago Silva.

Concentrez-vous un peu. Si on vous dit le lundi soir, vous pensez à… Top Chef ? Manque de pot, c’était le mercredi. Non, il s’agit du FC Silmi. Connais pas ? Le FC Missile alors, vrai nom de ce collectif foot une fois qu’on a annulé l’option verlan ? Toujours pas. Eh bien, il s’agirait de vous y pencher un peu plus sérieusement.

"J’ai réuni une petite équipe, une bande de potes qui pourraient être chauds et on a essayé, le tout sans grande prétention, sans se dire 'on lance une émission de malade', mais plutôt 'on va jouer entre potes'. On s’est tapé des barres de fous, on a perdu tous nos matches et les gens ont quand même apprécié."

Car chaque lundi, c’est près de 70 000 personnes en moyenne – soit plus que certains matches de foot à la TV – qui se retrouvent devant leur écran, petit ou grand, mobile ou télévisé, pour suivre les aventures footballistiques de cette équipe pas comme les autres… puisque aucun footballeur ou aucun joueur de ballon rond patenté ne défend les couleurs de cette équipe.

Le FC Silmi, c’est avant tout une bande de potes, de streamers stars sur Internet, articulée autour de Pierre-Alexis Bizot, que le monde du streaming, de l’e-sport et du divertissement connaît mieux sous le nom de "Domingo". "Je suis le seul à kiffer le foot et à avoir une culture foot et à jouer à FIFA aussi", raconte le présentateur star du programme PopCorn, autre rendez-vous incontournable de la plate-forme de live streaming Twitch, le mardi cette fois.

"C’était un peu inattendu", poursuit Domingo. Inattendu, car qui aurait vu Xavier "MisterMV" Dang, Aurélien "Ponce" Gilles, Xari ou encore Etoiles – qui a notamment contribué à l’arrivée sur Twitch de l’animateur de Questions pour un champion, Samuel Étienne –, s’essayer à un jeu qui n’est pas dans leur roster de base, à savoir FIFA 21 ?

"Tout s’est fait après un épisode de PopCorn. En off, Ponce, MisterMV et Xari se sont dit qu’ils aimeraient bien essayer. On avait déjà testé le club pro lors du Z Event [le marathon caritatif d’Alexis 'ZeratoR' Nougaret, ndlr] et ils avaient kiffé", explique-t-il encore.

Jinedine Jidane, Entorsowski ou encore Rodolphe Kerbœuf au rapport

Et l’histoire s’est mise en marche. Initiée sur le mode Clubs Pro, ce mode permettant de jouer jusqu’à onze contre onze autres joueurs, chacun défendant son propre footballeur – avec ses propres attributs –, l’aventure du FC Silmi, c’est un peu le rendez-vous béni de l’amoureux de foot fatigué des déceptions européennes du PSG. Mais pas que.

"On a beaucoup de gens qui ne sont pas du tout dans le délire foot-'FIFA', assure Domingo. Des mecs qui n’auraient jamais maté 'FIFA' sont quand même là, ils s’y intéressent, on leur donne envie, on leur montre ce que ça peut être. C’est sûr que si tu es en full try-hard, si tu ne parles pas pendant le streaming, ça n’intéresse pas les gens. Nous, on est en mode rigolade, ça discute, ça rigole… c’est les valeurs du foot amateur, quoi."

Une proximité qui dure depuis 28 semaines, avec une audience toujours aussi riche, toujours aussi constante. Et des noms de joueurs bien sentis, référence forcément au football, le vrai. Au sein du FC Silmi, Frank Lebœuf, incarné par Théo "Rivenzi" Reunbot, est rebaptisé "Rodolphe Kerbœuf", un mélange de sauce bretonne et de la coupe mulet d’une époque passée, que n’aurait pas renié Tony Vairelles. Zinédine Zidane répond au nom de Jinedine Jidane, altération directement issue du pseudo de Ludovic "Jiraya" Save, qui partage avec l’ancien numéro 10 des Bleus une calvitie revendiquée et assumée. Même Robert Lewandowski est à l’honneur, représenté par Alexis "DFG" (DrFeelGood) Rodrigues sous le pseudonyme d’"Entorsowski".

La Division 3 en ligne de mire

Derrière ces noms d’emprunt, ça rigole, ça chambre. Ça se fâche aussi. Et le plaisir est toujours poussé jusqu’à tard, parfois aux alentours de 3 heures du matin. Facile, quand ce onze – enfin presque, puisque le FC Silmi ne joue qu’à huit – dispose des meilleurs streamers de France, non, là où EA Sports lui-même galère parfois le week-end à mobiliser autant de personnes sur les retransmissions de ces compétitions e-sportives ?

"On a une chance d’avoir des grosses communautés derrière nous, concède Domingo. C’est vrai que le lundi, je peux être suivi par 30 000 personnes, c’est plus que Castro [un des plus gros vidéastes au monde sur 'FIFA', ndlr] qui va ouvrir des packs. Maintenant, le gameplay à très haut niveau peut être assez chiant, avec une méta qui pousse un peu à dribbler tout le temps et parfois à entrer avec le ballon dans le but.

Nous, on ne se prend pas la tête. Ce n’est pas une leçon qu’on donne mais plutôt un vent de fraîcheur qu’on apporte. Car il y a une vraie scène derrière le club pro. Le club pro pourrait être plus mis en lumière, car il y a des vrais passionnés de ça, c’est un autre mode de consommation et c’est sacrément plaisant."

Une scène forcément en quête d’un mariage de raison avec le FC Silmi, rapidement dépassé par sa notoriété, au point qu’un site Internet dédié répertorie les stats des joueurs et que le quotidien L’Équipe, via son site Web, s’amuse à noter les performances nocturnes de chacun. Sans oublier LA base, à savoir un compte Twitter dédié.

"Il n’y a pas eu de calcul derrière, assure Domingo. Il y a eu un engouement qui m’a surpris et me surprend encore. À tel point que j’ai mis beaucoup de temps à lancer les maillots de l’équipe et tout est parti très vite. Les gens veulent faire partie du club. Le club pro pourrait être plus mis en lumière, car il y a des vrais passionnés de ça, c’est un autre mode de consommation et c’est sacrément plaisant. Tout le monde est venu nous voir, tout le monde a voulu faire un truc avec nous.

On a notamment fait une exhibition avec la Team Crouton [l’équipe de Club Pro de Michou, ndlr]. Ça s’est mal passé pour nous, il y avait un certain Martin Terrier [attaquant du Stade Rennais, ndlr] en face, qui lâche des 30-0 en FUT Champions le week-end. Maintenant, on ne vient pas porter l’étendard du club pro au plus haut, ce n’est pas notre but non plus. On est content de l’avoir mis en lumière, on a donné 2-3 coups de pouce aussi, à des gens qui sont sur la scène, mais c’est compliqué pour nous de faire plus."

Reste à savoir quand cette belle aventure démarrée à huit prendra fin. D’ailleurs, à huit… pas moyen de recruter trois derniers joueurs ? "Je ne pense pas. D’un point de vue vocal et d’un point de vue streaming, onze joueurs, ça fait beaucoup. Déjà 8, c’est compliqué pour le temps de parole de chacun, rappelle Domingo. Et là, on a un joueur (Etoiles), qui dirige toute la défense. On a un collectif, et il y a beaucoup de gens très forts à FIFA qui se sont proposé de nous rejoindre mais ce n’était pas le but. Quand le niveau est bas, c’est beaucoup plus marrant. Après, on ne s’interdit rien, c’est aussi une question de feeling." Et le coup de sifflet final dans tout ça ? Domingo assure, le groupe ne veut pas "se forcer et ne poussera pas le truc à tout prix".

Une prolongation cet été ? Pas à l’ordre du jour, surtout pas à quelques encablures de FIFA 22. Mais avant de ranger la manette et les crampons au vestiaire, le FC Silmi a un objectif : atteindre la Division 4 ou 3 du Club Pro. Cela tombe bien, la Division 4, ils y évoluent depuis peu. Le rêve du lundi soir est plus que jamais à portée de main, euh… de boutons.

Avant un export sur les vrais terrains ? Domingo, habitué de ce type d’événements – notamment en cyclisme, avec le coureur et ami David Gaudu –, "y pense", pressé de voir Ludovic "Jiraya" Save, réputé pour ses prises de parole chaque lundi soir, en tenue au bord d’un vrai terrain. Pressé vraiment Domingo ? Vu les audiences, oscillant parfois vers les 100 000 viewers répartis sur les huit streams lancés en simultané chaque lundi, il n’est pas le seul.

À voir aussi sur sports :