AccueilCulture sport

"Si j’avais eu confiance en moi…" : entretien avec Cindy de Koh-Lanta, la légende

Publié le

par Lucie Bacon

© A. Issock/ALP/TF1

"Quand je suis arrivée, je me suis dit : 'Mais c’est une caméra cachée ?'"

Première des femmes éliminées de cette saison des légendes, Cindy est revenue avec humilité sur son court parcours, entre regrets de ne pas avoir cru en elle et fierté de ce qu’elle a pu montrer à "son public".

Konbini sports ⎪ Bonjour Cindy ! Tout d’abord, qu’est-ce que ça fait d’avoir été choisie pour participer à l’émission "All-Stars" de Koh-Lanta ?

Cindy ⎪ Forcément, c’est une énorme fierté. J’étais trop contente ! En plus, je pense que j’ai été l’une des premières à être appelée : avant même que le casting commence, Julien Magne, le producteur, me questionnait pour savoir si j’étais chaude et si, en termes d’organisation, ça pouvait le faire. Je me suis dit que j’avais peut-être marqué Koh-Lanta à ma façon ! Personnellement, je n’étais pas dans l’attente, d’ailleurs je me serais peut-être plus préparée sinon [rires]. Ce n’était pas un objectif d’en refaire un. Bien sûr, j’allais dire oui si on me le proposait, car c’est une aventure exceptionnelle et c’est impossible de refuser, mais j’ai aussi une vie bien remplie !

"J’ai peut-être mis trop d’affect dans le jeu"

On ne pensait pas te voir sortir si vite, toi qui es l’une des grandes stratèges de Koh-Lanta. Que s’est-il passé ? Comment l’as-tu vécu ?

Je ne m’y attendais pas non plus ! On me qualifie de grande stratège, mais moi, quand je suis arrivée, je ne connaissais personne dans cette saison. Et en fait, tout de suite, il y a eu des stratégies, alors que moi, je voulais faire connaissance. J’ai peut-être mis trop d’affect dans le jeu, je ne suis pas rentrée dans la compétition directement. J’ai été impressionnée par le casting, je me sentais comme un bébé, je me suis dit : "Mais c’est quoi ces machines de guerre, comment elles font pour avoir ce corps ?" Ça m’a mis une claque et il m’a fallu un temps d’adaptation, mais je n’y ai pas eu droit car on m’a virée direct. J’étais très surprise, car la force de Koh-Lanta, c’est de faire des castings hétérogènes, et tout le monde peut s’y retrouver. Là, c’était un Koh-Lanta de grands champions, et c’est vrai que je ne comprenais pas forcément ce que je foutais là.

Justement, tu n’es pas arrivée sur le camp aussi préparée que les autres, et tu l’as avoué direct. Tu penses que ça t’a fait défaut ?

Oui, quand je suis arrivée, je me suis dit : "Mais c’est une caméra cachée ?" J’ai cru qu’on me piégeait. Et oui, ça m’a fait défaut, j’ai perdu confiance en moi, j’ai douté de ma légitimité à être là, alors que je n’aurais pas dû. Si j’avais eu confiance en moi, sur l’épisode où je pars, j’aurais été plus pugnace sur les votes : on aurait mis Christelle, et elle serait partie sans que je fasse trop d’efforts. Mais dans mon état d’esprit, je ne voulais faire de la peine à personne. Je n’ai même pas perdu mes 10 kg, j’étais dégoûtée ! [Rires]

C’est vrai, tu y as pensé ?

Ça pèse dans la balance ! Je ne te cache pas que, sur mon premier Koh-Lanta, dès qu’on perdait une épreuve de confort, je me disais que c’était des kilos en moins ! [Rires]

"Sur mon premier Koh-Lanta, dès qu’on perdait une épreuve de confort, je me disais que c’était des kilos en moins !"

Lorsque tu t’es fait éliminer au conseil, tu t’es ensuite retrouvée devant ces fameux panneaux où on a le choix entre partir véritablement ou continuer sur l’île des bannis. Tu as hésité ?

Oui, j’ai hésité, car je prends une grosse claque à ce moment-là. Je ne suis pas dans le forcing, on ne veut plus de moi, tant pis, j’avais déjà le cœur dehors. Après, j’ai pensé à mon public, comme on dit… [Rires] Je me suis dit que je ne pouvais pas leur faire ça, il fallait que j’aille au bout du bout, quitte à me ridiculiser.

La production a mis l’accent sur ta rivalité avec Karima, et les réseaux sociaux s’en sont amusés. C’était si terrible que ça, en vrai ?

Pour moi, non, pas du tout. Je ne le ressens pas comme ça. On n’était pas copines, je n’ai pas aimé son attitude au conseil et je m’en suis justifiée. Elle n’en est pas à son premier Koh-Lanta, elle sait aussi comment ça fonctionne. En tout cas, à la sortie, j’ai pris le numéro de toutes les filles, car je voulais qu’on s’organise un week-end, et c’est la seule qui n’a pas répondu. Je ne vais pas me formaliser, ça ne me rend pas malade, je n’ai rien contre elle.

Quel·le aventurier·ère t’a le plus impressionnée cette saison ?

Coumba m’a beaucoup impressionnée, physiquement d’abord, mais aussi au niveau de la personnalité. Je trouve qu’elle est incroyable. Ça ne se voit pas dans les épisodes, pour le moment, mais elle rigole très souvent, elle est très agréable. Et moi, ce que j’aimais surtout, c’est que c’est un gros profil sportif, avec un super palmarès, et malgré tout elle a été hyper bienveillante avec moi, alors que d’autres peuvent être condescendantes. Pour certaines, on ne joue pas dans la même cour, elles ne veulent pas de touristes comme moi. Aucune n’a manifesté ça directement envers moi, cette saison, mais j’imagine qu’au fond d’elles, elles pensent qu’une petite influenceuse d’Insta comme moi, ce n’est pas le même délire.

Tu y crois, à un "girl power" sur Koh-Lanta ?

Si j’étais restée, oui, j’y aurais cru. Moi, quand j’ai mis des stratégies en place, j’y ai été hyper fidèle : même si mon cœur allait ailleurs, j’étais focus sur ma stratégie. Là, ça commence à ne plus tenir : avec, par exemple, Alexandra et Loïc, les anciennes aventures influencent cette aventure.

"Si tu oses voter contre eux, tu passes pour le gros con"

En quoi cette saison était-elle différente de celle que tu avais pu faire en 2019 ?

En 2019, c’était la première fois, et une première, c’est toujours magique. C’était ma première télé, je découvrais tout cet univers, je ne connaissais pas la survie non plus. Alors que dans cette saison "All-Stars", chacun a déjà fait Koh-Lanta, c’est beaucoup plus maîtrisé dans les attitudes, moins authentique, moins spontané, et c’est malheureux. Parfois, ceux qui sortent d’un Koh-Lanta, derrière, ils en préparent un nouveau, ils traînent ensemble dehors… Parfois, c’est sincère, puis parfois, c’est de la stratégie pour les aventures suivantes. Moi, je ne suis pas dans ce trip-là, je trouve que ça tronque le jeu. Les équipes de production sont toujours très douées pour relancer, pour faire en sorte que tout explose, que tout ne soit pas écrit. Là, quand je vois les garçons, c’est la colonie de vacances, ils sont chez eux, ce sont les kings. C’est dur de les bouger, le reste des aventuriers sont un peu en admiration devant eux, et en plus, ils ont un peu l’immunité du public, donc si tu oses voter contre eux, tu passes pour le gros con.

Tu as dit, en partant de l’aventure, que tu étais contente d’être éliminée car tu allais retrouver ta fille. Comment se sont passées la séparation et les retrouvailles ?

En partant pour Koh-Lanta, j’ai fait comme si j’allais mourir, quoi… J’ai dû tout laisser : mes codes, la gestion de mes comptes, comme si je n’allais jamais revenir, ou en tout cas pas si vite !

Et puis en partant de l’aventure, j’ai demandé à la production de ne pas appeler mes proches pour les prévenir que j’étais sur le retour. Je ne voulais pas qu’ils soient déçus, et je voulais leur faire la surprise. J’ai juste mis ma sœur dans la confidence, puis j’ai organisé un petit scénario. Quand j’ai retrouvé Thomas [son mari], c’est comme s’il avait vu un fantôme. Il était partagé entre la joie de me retrouver et la tristesse de savoir que j’avais quitté l’aventure. Ensuite, on a fait la surprise à Alba [leur fille], et là, tu oublies tout. Je n’avais plus de regret ni de frustration, la vie reprend son cours.

Alors finalement, tu préfères quoi entre faire Mamans et célèbres et Koh-Lanta ?

Je préfère Koh-Lanta, forcément ! Mais Mamans et célèbres, c’est aussi une super aventure. Pourtant, j’étais réticente et dubitative au départ. Je me disais : "Mais comment ça peut intéresser les gens, de savoir comment je change une couche ?" Puis l’équipe de production a été hyper sympa, et finalement, je suis contente de pouvoir partager ce côté-là de ma vie.

Tu es prête à refaire un autre Koh-Lanta ?

Il faut que j’aille à la salle de sport, alors, si un Koh-Lanta se profile de nouveau. Mais pourquoi pas ! Une fois que j’aurai fini d’enfanter [elle est actuellement enceinte, ndlr], j’aurai envie de retrouver mes 20 ans, mon sex-appeal, de plaire à mon mari, et d’être une maman qui s’entretient. J’ai hâte de reprendre le sport, de prendre soin de moi. Après, on verra pour un nouveau Koh-Lanta !

À voir aussi sur sports :