AccueilCompétition

D’après les prédictions d’un supercalculateur, la France remportera l’Euro

Publié le

par Konbini Sports

© Instagram Kylian Mbappé

Il y a des choses qui ne bougent pas.

Qui va gagner l’Euro ? C’est la grande question que se pose la planète football avant le coup d’envoi de la compétition le 11 juin à Rome. Parmi les forces en présence, certaines nations se détachent pour soulever le trophée dans un mois : la Belgique et sa génération dorée, l’Angleterre et ses jeunes aux dents longues ou encore la France et son attaque de rêve.

Bien difficile de déterminer à l’avance le nom du grand gagnant, alors chez nos confrères de Talksport, en partenariat avec un opérateur de paris sportifs, on a fait appel à la puissance d’un supercalculateur pour prédire l’avancement du tournoi jusqu’à la finale. Et on a le droit à quelques scenarii croustillants.

En phase de poules pas de surprises, tous les gros passent, y compris dans le groupe de la mort, le groupe F, celui de la France, de l’Allemagne et du Portugal. En 8e, deux chocs nous attendent, et selon les prédictions de l’ordinateur, l’Angleterre élimine le Portugal en prolongations et l’Allemagne sort les Pays-Bas aux tirs au but. Côté français, ça passe sans souci contre l’Autriche (3-0).

Les quarts de finale nous offrent un remake de la dernière finale de la Coupe du monde. Comme il y a 3 ans en Russie, les Bleus s’imposent une nouvelle fois par deux buts d’écart (3-1). Les Anglais battent l’Espagne (2-1), la Belgique a besoin des prolongations pour passer l’obstacle italien (2-1), idem pour les Allemands face à la Turquie (3-1).

En demi-finale, Belges et Français se retrouvent. Cette fois, les Diables rouges arrivent à marquer… mais ce n’est pas suffisant. Les hommes de Deschamps scorent par deux fois pour atteindre la finale. Ils y retrouveront l’Allemagne, qui a dû passer par les tirs au but pour se défaire de l’Angleterre. 55 ans après leur seule et unique finale internationale (Coupe du monde 1966), les Britanniques échouent aux portes de la finale.

Pour la grande finale, le supercalculateur nous promet une rencontre haletante, si on en croit le score final de 3-2. Et comme en 2000, c’est dans les prolongations que ça s’est joué, une fois de plus en faveur de la France. Un scenario qui nous convient et qu’on espère voir se dérouler le 11 juillet prochain à Wembley. On signe où ?

À voir aussi sur sports :